Mais qui es-tu Docteur Jekill ?

Résumé de l'histoire

Comme beaucoup de petits gars solitaires, Antoine a une imagination débordante. Lorsqu’il découvre au fond d’une malle le roman de Stevenson, Antoine plonge dans le fantastique et nous livre sa version de l’histoire...

Mister Hyde, grande marionnette manipulée à vue, apparaît dans un halo de fumée pour nous chanter un rock endiablé tandis que Docteur Jekill et ses expériences "scientifiques" conduisent Antoine à se transformer….

Le spectacle

Notre propos n'est pas d'adapter le livre de Stevenson mais plutôt d'utiliser les thèmes qu'il développe : le bien, le mal, la solitude, les expériences scientifiques, la drogue...

Il nous paraît intéressant de partir de la lecture d'un enfant, des fantasmes que l'histoire peut générer chez lui. Cet enfant, Antoine, fait surgir Mister Hyde et Docteur Jekill du livre et réécrit avec eux une nouvelle histoire. Une histoire où le bien et le mal s'affrontent mais sans aucun préjugé. Une histoire où "le méchant" peut être aussi victime, devenir bon et réparer autant qu'il se peut les erreurs passées. Une histoire où "le bon", aveuglé par ses désirs, sourd aux autres, en prenant le prétexte du bien n'engendre que des monstruosités.

Plus qu'un constat sur la réalité humaine, c'est aussi un message d'espoir pour l'avenir, un message où le rêve et la fantaisie permettent de construire autrement le monde auquel nous appartenons.

Scénographie et mise en scène

On ne peut parler de la mise en scène sans commencer par la technique de manipulation que nous avons mise au point pour ce spectacle. Comme d'authentiques comédiens, les marionnettes évoluent sur scène sans le secours d'un castelet, de paravents ou d'un praticable. Manipulées à vue, elles ont la finesse du mouvement de marionnettes à fils et l'expressivité et la dynamique de marionnettes à gant. Leur grande taille (1m50) leur donne une présence très forte. Elles peuvent aussi bien traverser la scène que rester debout seules et être les témoins d'une action qui se joue en parallèle. C'est de cette originalité que découle une grande part de la mise en scène.

La mise en scène utilise le rapport triangulaire qui s'instaure entre le public, les marionnettes et le comédien. Personnage burlesque à mi-chemin entre Tati et Chaplin, il évolue en musique, il danse, jongle, fait des acrobaties. Si les marionnettes sont les personnages et les vedettes du spectacle, le comédien en est le pivot et le témoin. Pivot parce que tout part de lui, qu'il construit le spectacle, qu'il en est le "deus ex machina". Témoin parce qu'il se range du côté des spectateurs, qu'il découvre avec eux l'histoire qui par moments semble lui échapper comme si les marionnettes s'émancipaient.

Le décor est à "tiroir" : une porte qui s'installe en musique avec l'aide du comédien et nous fait entrer dans la convention théâtrale, une palissade qui devient le laboratoire du Docteur Jekill, une vieille malle dans laquelle Antoine va trouver le livre de Stevenson, un bidon d'où surgit l'énigmatique et terrifiant Mister Hyde.

Nous avons travaillé sur les décalages, la symbolique et la transposition afin de donner le plus de force possible à chaque idée, à chaque image, aux mots ou à la musique, afin de partager pleinement avec le public une histoire, une émotion, un moment de plaisir…