Histoire du garçon à tête d'éléphant

Résumé de l'histoire

Girino et ses marionnettes nous racontent l’histoire d’Oscar, un enfant à tête d’éléphant, attraction vedette d’une foire.

Manipulées à vue, les marionnettes aussi grandes qu’un enfant de 7 ans évoluent dans un décor transformable, mêlant jeux de lumière, trompe-l’œil et théâtre d’ombres. Nous suivons Oscar dans ses rencontres et l’acceptation de sa différence.

Un spectacle drôle et émouvant inspiré de l’histoire d’Elephant Man et du dieu Ganesh.

Le spectacle

"Histoire du garçon à tête d'éléphant" est un texte qui s'inspire très librement de l'histoire d'Elephant Man, dont il reprend une partie de l'univers, une partie de la trame. La différence principale tient à la difformité d'Oscar, le personnage principal, qui, s'il n'est pas défiguré, n'a pas figure humaine pour autant.

Dans ce texte, j'ai essayé de parler de ce moment charnière entre l'enfance et l'âge adulte, où l'on découvre l'amour, le regard des autres, et où il est parfois difficile de s'accepter, surtout si on est différent. C'est aussi un âge où l'être humain (et Oscar bien sûr est avant tout humain) prend conscience qu'en lui sommeillent des énergies dont il ignorait l'existence, et qu'il faut apprendre à gérer.

Plus que du passage de l'enfance à l'âge adulte, qui me semble un moment plus flou que ne le définit le mot adolescence, la pièce essaye de parler en créant des situations fortes, de ces moments de la vie où l'on a la sensation de grandir, de se transformer, de comprendre soudain : un voile disparaît de nos yeux, et le monde nous apparaît différent.

Cette pièce est également une réflexion sur l'amitié et la fidélité, puisque tous les personnages seront amenés à affronter le dilemme de la trahison. Il y est aussi question de l'éthique, de l'enfance maltraitée, du combat inégal de la femme-tapir contre la femme-puceron, de l'art délicat de nettoyer des écuries à mains nues, et surtout, surtout, de la nécessité de savoir nager tout habillé.

Benoit Richter

Scénographie et mise en scène

Il y a le décor qui se transforme à volonté avec l'aide de toiles peintes qui tombent ou glissent, de paravents qui se retournent ou d'un podium qui s'ouvre pour nous révéler d'autres univers...

Il y a les personnages représentés par des marionnettes, Oscar le garçon à tête d'éléphant, personnage central de l'histoire, Vistoso Barberini le montreur qui exhibe Oscar, le professeur Kouzmin qui s'adonne sans retenue à des expériences sur Oscar, et Emily, la fille du professeur Kouzmin, la première personne à porter un regard humain sur Oscar.

Et il y a Girino, le fils du montreur de foire Vistoso Barberini. Il est incarné par le comédien qui est aussi manipulateur. C'est le montreur par excellence. Il nous conte, nous raconte, nous joue l'histoire de son ami Oscar.

A la différence des autres personnages, Girino a un statut particulier. Il appartient à la fois au passé et au présent et il joue avec tous les éléments mis à sa disposition : les marionnettes bien sûr, mais aussi le décor. Il est à la fois le pivot et le témoin du spectacle qu'il construit pour les spectateurs. C'est lui qui nous fait découvrir les différents épisodes de cette histoire ; les rêves et les cauchemars d'Oscar qui apparaissent en ombres chinoises, la baraque de foire où Oscar est exhibé, la maison du professeur Kouzmin, la chambre d'Emily où Oscar découvre l'amitié, l'amour et l'histoire du dieu-éléphant Ganesh. Celui-ci lui donne l'espoir, le point de départ vers une autre vie...

Personnage proche d'Arlequin de la commedia dell'arte, Girino est comme un adolescent qui découvre avec fougue, passion et insouciance le monde qui l'entoure. Il ne comprend que très tard, trop tard la douleur d'Oscar. Et ce jour-là il grandit tout à coup.