Kosmos

Résumé de l'histoire

Sur un écran géant, l’univers se met en mouvement. Des planètes, des soleils, des étoiles filantes, mais aussi des cafetières, des patinettes, des accordéons flottent, se croisent, se télescopent. Un feu d’artifice de formes, de couleurs, et de sons surprend le jeune spectateur. Curieux ou amusé il reconnaît certains éléments qui s’offrent à lui. Soudain, des drapés qui jonchent la scène, naît la première créature vivante...

Avec humour et poésie trois comédiens réinventent les étapes de la création pour les tout-petits.

Le spectacle

La naissance des choses, la naissance du monde

Ce projet est né de l’envie de transmettre aux jeunes enfants, dans un langage théâtral simple et concret, la beauté et la force symbolique des multiples récits de création du monde.

Deux axes majeurs orientent notre travail : parler aux enfants, sur un mode ludique, de l’acte de création, de la naissance d’une idée aux étapes de sa réalisation, et éveiller en eux une certaine conscience de l’univers dans lequel nous nous trouvons, de sa beauté, sa joyeuse multiplicité, sa fragilité, le mouvement perpétuel qui l’anime, chaque action le faisant passer infiniment d’un équilibre à un autre.

Les mythes des origines et la nécessité de créer

Des constantes passionnantes se dégagent en effet de nombreux mythes cosmogoniques : les dieux, émergeant du néant ou du chaos, procèdent à des actes de création, en premier lieu, pour pourvoir à leurs nécessités : faire émerger un bout de terre pour poser leurs pieds, organiser le monde en en séparant les éléments, inventer la lumière pour y voir clair (et chasser « l’ombre »), enfanter un autre dieu, puis des autres, sortir de la solitude et rompre l’ennui d’un monde éternellement statique et pareil à lui-même ; et puis s’affronter, s’aider, s’aimer, se haïr, se compléter, collaborer, rivaliser pour créer l’homme…

Les étapes de la création sont des moteurs de récit. Souvent plusieurs essais sont nécessaires : on tente une chose qui ne marche pas comme prévu. De l’échec naît une idée nouvelle qui est reprise et transformée. Ainsi rien n’est arrêté, tout est perfectible.

Scénographie et mise en scène

Comment représenter concrètement sur scène le néant ou le chaos, comment le rendre accessible aux plus jeunes ?

Nous utilisons l’écran de cinéma, comme une page blanche sur laquelle on écrit l’histoire du monde. Dans cette fenêtre ouverte sur les espaces infinis, les choses se transforment et évoluent. Les images projetées créent naturellement un décor, mais surtout, elles nous donnent la possibilité d'introduire des partenaires de jeu plus insolites… elles nous permettent de mettre en scène une sorte de dialogue, une chorégraphie pour comédiens et images projetées.

En plus de la vidéo, des éléments physiques "sortent" de l’écran sous la forme de mobiles sur lesquels sont suspendus en équilibre "les matériaux de la création". C'est un puzzle que les comédiennes/déesses doivent s’amuser à reconstituer…

Ce qui m’a passionné dans l’idée de travailler sur le thème de la création du monde, c’est qu’elle est une mise en abîme de toute création. J’ai voulu mettre en scène les plaisirs, les doutes, les angoisses, l’émerveillement, les surprises, le bonheur de créer, et partager ces sentiments et ces émotions avec le public.